J'ai goûté aux saveurs d'antan au Balcon en forêt

cette sensation de goûter aux saveurs d’antan me ramène en enfance dans la cuisine de ma grand-mère.

Le petit balcon dans la forêt

5 mins de gourmandise

 

Perché dans le petit hameau des Hauts-Buttés, le balcon en forêt semble déconnecté du temps et de l’espace. Il nous replonge dans notre enfance, et nous emmène dans des contrées bien plus montagneuses que nos belles Ardennes vallonnées.

 

“Un balcon en forêt”

 

Le Balcon en forêt, c’est d’abord un roman de Julien Gracq publié en 1958 dans lequel quatre soldats trouvent refuge dans une maison forte des Ardennes en pleine Seconde Guerre mondiale. C’est un film ensuite, adapté du roman en 1978 avant d’être un restaurant en 2013, nommé en référence à l’ouvrage.

 

Si les soldats y ont trouvé protection, j’y ai ressenti une impression de voyage. Je commence par un voyage dans l’espace. Un peu perdu, sur un plateau au milieu d’une clairière défrichée de la belle, profonde et légendaire forêt ardennaise, le balcon rappelle les chalets des Alpes avec ses murs en bois et ses deux balcons. Installé dans un ancien atelier et magasin de meubles, la bâtisse a conservé son caractère rustique. Ce côté rural et ancien, on le retrouve aussi en franchissant la porte de l’auberge. C’est ici que commence mon second voyage, le voyage dans le temps.

Chez mamie


En entrant dans ce restaurant, je n’imaginais pas replonger dans mon enfance. Imaginez, ces dimanches où l’on se retrouve chez grand-mère pour partager un bon repas. Les vieilles tables en bois, les nappes à carreaux, les meubles sculptés tellement massifs qu’une fois posés, il ne faut plus les déplacer. Imaginez ces casseroles dont on ne compte plus le nombre de soupes, de ragoûts et de sauces qui y ont mijoté et ces innombrables ustensiles dont on ignore souvent l’usage.

Un menu unique qui change presque tous les jours en fonction des produits du marché

Ce n’est pourtant pas ma grand-mère que je retrouve derrière les fourneaux. Geneviève est la maîtresse des lieux. Elle nous accueille avec son grand sourire, comme si elle nous attendait. On s’installe tranquillement, et comme chez mamie, on ne choisit pas ce que l’on va manger. Ici pas de plats à la carte, mais un menu unique qui change presque tous les jours en fonction des produits du marché et de la vaste imagination gastronomique de la cheffe Geneviève. Ce jour-là à l’ardoise : feuilleté de chèvre et épinards, salade au lard ardennaise et dessert au doux mélange de meringue et de spéculoos.

le balcon en foret

Mais avant toute chose : apéro ! On se laisse tenter par une "Marquisette", apéritif maison à base de vin blanc, d'orange, de citron, de vanille et de rhum, le tout accompagné par des petits morceaux de terrines. Directement, on comprend que chacune des choses que nous allons déguster sera complétée par une explication de Geneviève. Elle ne manque jamais de passer en salle pour partager sa recette, décrire les ingrédients et les épices utilisées. Notre hôte du jour met un point d’honneur à proposer une cuisine familiale et locale. Les vins et la charcuterie sont de la région, et certains légumes viennent même directement de son jardin. Rien ne prédestinait pourtant Geneviève à ce mode de vie. Avant de monter ce restaurant, elle était ingénieure dans l’agro-alimentaire. Une formidable reconversion professionnelle, on peut le dire, couronnée de succès.

Du jardin à l’assiette

On passe à l'entrée, un feuilleté au mélange bien équilibré de fromage de chèvre et d'épinards, accompagné d’une salade croquante. Une superbe composition sur laquelle je me régale. Vient ensuite le plat principal : une salade au lard ardennaise. Moi qui venais pour goûter aux spécialités locales, me voilà servi ! Ce plat, je ne le connaissais pas, mais semble être une véritable institution en terre ardennaise où chaque famille garde les secrets de sa recette. La base reste à peu près la même partout : de la salade (chaude !), des pommes de terre et des lardons. Les subtilités se travaillent ensuite dans l’équilibre des herbes aromatiques. Celle de Geneviève sent bon le goût du vrai et la simplicité d’un plat mijoté avec amour, temps et passion. Encore une fois, cette sensation de goûter aux saveurs d’antan me ramène en enfance dans la cuisine de ma grand-mère. Une cuisine réconfortante que je retrouve également lors du dessert, mais cette fois avec les saveurs du spéculoos et de la meringue qui ne sont pas inconnues.

 

Un dernier café et il est déjà temps pour moi de quitter ce balcon en forêt qui semble s’être perdu dans le temps. La chaleur du lieu me donne assez de courage pour sortir affronter les pluies d’automne qui subliment un peu plus les couleurs de la magnifique forêt des Ardennes, où flotte encore le souvenir de Julien Gracq.

Vivre cette expérience
Le balcon en forêt
14 Les Hauts Buttes, 08800 Monthermé, France
+33 3 24 41 43 39
Site web du balcon en forêt 
Contacts et réservations