Vallée de l'ourthe

La vallée de l'ourthe en camping-car

La vallée de l'Ourthe où suivre les méandres d'une rivière aux multiples facettes

la vallée de l'Ourthe en camping-car

4 jours, 120km

 

Oh paysages sauvages, qui plongent dans les abîmes rocheux ! Ou est-ce la la densité des arbres, qui fait que l’on se sent tout petit ? Ce petit parcours à la croisée des deux Ourthes invite à prendre son temps et se révèle souvent insolite.

 

 

Dans la confidence des forêts, en passant devant l’une de ces grandes demeures solitaires ou l’un de ces châteaux, l’Ourthe ouvre l’imaginaire en grand. Sur une vingtaine de kilomètres, nous circulons de hameaux en hameaux jusqu’à Durbuy. Nous nous offrons une première halte matinale, dans le coeur historique médiéval, juste avant que le flux touristique ne s’empare de la ville. Nous décidons alors d’aborder des endroits plus sauvages. Et bonne nouvelle, ce n’est pas ce qu’il manque dans cette partie de la province du Luxembourg Belge ! Il s’agit probablement de l’un des plus beaux circuits que l’Ardenne offre au camping-caristes. Et l’automne ne gâche rien.

Rhadadesh : lieu spirituel et insolite

À moins de 10 kilomètres, à Septon, nous poursuivons notre route jusqu’au château de la petite Somme : un havre de paix situé dans l’intimité des arbres. Ce château pluricentenaire, au charme gothique, possède surtout une histoire insolite ! Propriété de l’évêque de Liège au 11e siècle, il fit office d’hôpital pour blessés durant la Première Guerre mondiale, de refuge pour les soldats américains pendant la Seconde Guerre mondiale et, plus tard, de centre de vacances pour enfants handicapés. Depuis 1979, il est devenu le lieu de villégiature de la communauté spirituelle hindoue de Rhadadesh ouvert aux dévots comme aux curieux. Un peu déboussolés par cette expérience peu banale, nous poursuivons notre itinéraire jusqu’à Ny et Wéris, deux villages classés parmi les plus beaux de Wallonie. 

Traversées fantastiques 

 

Wéris est surtout réputé pour abriter une importante concentration de mégalithes en Belgique. Lorsque nous atteignons le village, en fin d’après-midi, la douceur est au rendez-vous. Nous tombons nez à nez avec une étonnante bâtisse, qui semble sortie des pages d’un vieux grimoire ! La maison de Harry Cot est en réalité un bistrot-resto atypique. Par chance, il reste de la place pour le dîner. Nous mangeons dans ce qui semble être une cale de navire renversée. Un régal tant pour les yeux que les papilles ! Il nous semble avoir plongé dans un univers féérique… Alors gare aux « nutons » ! Nous espérons ne pas les offenser, en marquant un petit bivouac vers les champs de mégalithes….

Les méandres magiques de l’Ourthe

 

Entre campagne verdoyante et couloirs boisées, la nature joue décidément la carte du merveilleux. Nul ne sait quelle créature fantastique est susceptible d’en sortir, ni à quel moment d’ailleurs ! De nombreuses brasseries des alentours portent le nom et l’emblème de créatures légendaires ! Sur le pont qui enjambe l’Ourthe, à Hotton, nous prenons la direction de la jolie ville de La-Roche-en-Ardenne. Nous empruntons ensuite une route montant sur le plateau de Nadrin (396 mètres d’altitude). De nombreux campings sont installés le long du cours d’eau. Nous garons notre « Swinguy » sur le site du belvédère des cinq Ourthes puis entamons une randonnée qui nous mène rapidement au vertigineux éperon rocheux du Hérou. Nous admirons la vue sur les forêts ardennaises et sur l’Ourthe donc, qui sillonne langoureusement à travers le massif ! En contrebas la rivière est d’or. Tout respire la magie ! Nous nous attardons sur cet itinéraire qui suit l’Escapardenne Trail. Mais à force de s’extasier à chaque pas, le temps tourne et nous laissons l’obscurité nous envahir. Nous voilà bientôt éclairés uniquement par les rayons de la pleine lune. L’atmosphère est mystique, mais la situation dangereuse tout de même ! C’est par miracle que nous retrouvons notre chemin jusqu’à notre camping-car, guidés par les méandres de l’Ourthe. 

Le chant de la forêt

Nuit paisible auprès du barrage de Nisramont. Au milieu du massif, non loin du point de confluence entre l’Ourthe orientale et l’Ourthe occidentale, nous nous offrons, dès le lendemain, une promenade ressourçante au bord du lac. La brasserie réputée d’Achouffe, n’est qu’à 10 kilomètres. Nous décidons de nous y rendre pour une visite instructive mais moins familiale que ce que nous avons pu voir ailleurs, dans des petites brasseries artisanales. Notre soif de découverte est comblée ! Il nous manquait toutefois une dernière chose pour parfaire ce parcours. Au coeur de l’automne, la période est propice à entendre le brame du cerf. Et bien qu’il nous semble quelque fois l’avoir entendu depuis notre camping-car, jamais le chant du cerf ne nous aura paru aussi familier que ce soir. Nous avons en effet gagné le plateau des Tailles pour y retrouver Julien, du blog « sentier du phoenix », un amoureux de la nature et de la forêt pour une soirée au coin du feu. Y a-t-il une plus belle manière de conclure ce séjour ? Le lendemain, nous prenons en tous cas la direction de Gouvy, par des routes champêtres, un oeil déjà nostalgique dans le rétroviseur.

 

Les aires de camping car sur la route

 

 

Aire d’Houffalize

Un aire de stationnement exemplaire. 10 emplacements en plein centre-ville, à proximité des commerces et restaurants. Parking 24h, eau (prévoir un adaptateur), électricité, vidange  : 12 euros. Machine à laver (4 euros) et sèche-linge à disposition (1 euro la demi heure).

 

 

Barrage de Nisramont

Endroit de stationnement réservé au camping-car, sans service. Possibilité d’y passer la nuit.

 

Télécharger le tracé