Arpernaz

Randonner en allant vers l’autre avec le club Arpernaz

On peut aimer la marche et l’apprécier encore plus en bonne compagnie. Avec le club Arpernaz, nous découvrons une manière de randonner plus sociale

Randonner l'un vers l'autre

Une journée de randonnée avec le club Arpernaz

5 mins de ballade

Notre guide, Salvatore Gusciglio dit “Salva”, emmène notre groupe d’une quinzaine de personnes à travers la beauté des champs et forêts ardennais.

 

Faire connaissance

 

Au petit matin, mon compagnon et moi rejoignons le village d’Amberloup en voiture. C’est sur le parking de l’église que Salva a donné rendez-vous à ceux qui participeront à cette randonnée salutaire d’une vingtaine de kilomètres.

 

Nous sommes parmi les premiers arrivés et en profitons pour faire connaissance avec notre guide. Ancien reporter de guerre, Salvatore mélange aujourd’hui dans son métier de guide ses passions: le plaisir de l’exercice et de la photographie.

 

Petit à petit, les autres participants affluent. La plupart semble déjà se connaître et nous sommes officiellement les petits nouveaux! Nous nous présentons timidement et sommes accueillis affectueusement. Mis à l’aise par la familiarité générale, nous nous sentons immédiatement bienvenus.

À travers les campagnes d’Ardenne

Après un petit briefing sur l’itinéraire, nous quittons Amberloup pour prendre la route. Très vite, des espaces se creusent entre les randonneurs : il y a en tête Salva et ceux qui aiment marcher vite et, tout derrière, ceux qui aiment pouvoir prendre le temps pour quelques photographies.

 

Les randonneurs de tête s’arrêtent régulièrement pour ressouder le groupe, d’une manière si naturelle que personne ne se sent jamais exclu ou à la traîne. Tout le monde se déplace organiquement, de la tête à la queue, pour avoir l’opportunité de prendre des nouvelles de chacun de ses compagnons de randonnée.

Légende: Salvatore Gusciglio (à droite) est le président et l’un des deux guides du club Arpernaz. Accompagnateur de randonnée et secouriste, il guide habitués comme petits nouveaux à travers la Belgique (mais aussi à l’étranger) au rythme de deux randonnées par mois.

C’est une expérience nouvelle pour moi, durant laquelle l’attention se porte sur le plaisir de discuter et de faire connaissance plutôt que sur l’effort, la vitesse ou le dépassement de soi. Tout le monde le dit d’ailleurs et Salva y met un point d’honneur: ce qui est privilégié, au club Arpernaz, c’est la convivialité.

 

Plus qu’un exercice, je trouve dans ce groupe un cadre calme et sain où se lier d’amitié. La plupart des randonneurs y participent régulièrement et se réjouissent toujours de partager cette belle expérience avec leurs compères. Rires et conversations animées fusent aux quatre coins du groupe.

 

La marche, c’est pour moi quelque chose de solitaire. Je suis rarement accompagnée. Mais avec le groupe de Salva, je me sens bien: il y a des ondes positives qui circulent partout dans le groupe.

Le groupe en marche vers la forêt groupe en marche groupe en marche

À l’arrière du groupe

 

Notre place de choix? À l’arrière du groupe. Non pas pour nous isoler, mais avant tout pour rencontrer les gens un à un, pousser les conversations plus en profondeur. Mon compagnon, qui ne parle pas le Français, est malgré tout bien accueilli et intégré dans les conversations: on me laisse le temps, avec bienveillance, de traduire les propos comme les questions.

 

Et puis, la place arrière est aussi la préférée de ceux qui, comme nous, aiment prendre les choses en photos. Ainsi, je fais la connaissance de Claudine qui se passionne, à même titre que moi, à saisir vaches dans les prés et rayons de soleil dans les sous-bois.

En randonnée, on s’offre le privilège de capter chaque détail, chaque odeur, chaque couleur et, ici, chaque personnalité qui compose le groupe dans son environnement privilégié: le grand air, la simplicité de la nature.

La forêt ardennaise: l’automne dans toute sa splendeur

 

Ce que je préfère quand je marche, ce sont les forêts, les bois et tous les mystères qu’ils recèlent: les animaux invisibles, la multitude d’insectes et de feuilles, les fourmilières impressionnantes, l’odeur de la mousse et les champignons, comme autant de jouets colorés, disposés sur un étal d’une main de maître.

En Ardenne, les sentiers sont particulièrement tranquilles et l’on se retrouve ainsi un peu seul au monde, isolé de la pollution et du bruit, enveloppé dans une bulle de bien-être. On sent à peine les kilomètres peser dans nos jambes car l’on est agréablement distrait par tout ce qui nous entoure et par nos interactions.

À tour de rôle, chacun vient me raconter un bout de son Ardenne ou d’ailleurs en Belgique. Certains viennent ici d’aussi loin que Bruxelles, n’hésitant pas à rouler deux heures au petit matin pour rejoindre le groupe. Grâce à eux, j’en apprends plus sur des villes et villages inconnus, sur les us et coutumes d’ici, sur d’autres forêts, d’autres horizons. Je me taille ainsi une image plus belle et plus grande de cette région où la nature se dépasse et où chacun est le bienvenu.


Rentrer, après dix jours d’Ardenne

 

Bien qu’il soit l’heure pour nous de regagner Berlin, après une dizaine de jours à se perdre ici, nous savons déjà que ce séjour restera inoubliable. Et ce n’est pas tant la nature, certes sublime. Ce sont plutôt ses gens, ses artisans, ses guides, ses passionnés et ses randonneurs enjoués qui resteront les souvenirs les plus vivaces de nos mémoires. Cette journée en Ardenne? Certainement pas la dernière.

Vivre cette expérience 

Arpernaz - Salvatore GUSCIGLIO
Rue du Chapy 29A
5570 Wancennes
Tél: +32(0)477 95 03 32

www.arpernaz.be