Vieux moulin le long de la Semois - photo de Pierre Pauquay

J’ai testé les randonnées « train et sac à dos »

Profile picture for user Pierre Pauquay

Pierre Pauquay

Ambassadeur depuis 3 années 8 mois

L'Ardenne par Monts et par Vaux 

Culture et Randonnées

La forêt est majestueuse, majoritairement encore constituée de feuillus...

Train et sac à dos

A pied, d'une gare à l'autre

2 journées de randonnée

L’initiative mérite d’être soulignée. Les Parcs naturels de l’Ardenne méridionale et de la Gaume et le GAL Nov'Ardenne ont créé une très belle plateforme où vous pouvez choisir 16 balades pédestres partant d’une gare pour rejoindre une autre. Outre une carte à votre disposition, il vous suffit de télécharger la trace GPX et de partir sur ces chemins de l’Ardenne.

Paysage de la Semois - Pierre Pauquay

Cette traversée de l’Ardenne du nord au sud est une recherche d’expérience intime. Marcher ne consiste pas à gagner du temps mais à le perdre, à refuser les contraintes de l’urgence. Et le train est déjà un magnifique frein à la course effrénée que nous impose la société.

 

C’est une terre rêvée pour une longue marche que nous convions de suivre. Ce magnifique itinéraire rejoint les gares de Bertrix à Florenville.

De la gare de Bertrix, nous irons jusqu’à celle de Florenville et suivrons la trace GPX qui va sillonner les méandres de la Semois et les grandes forêts. Nous y entrons sous ce soleil qui illumine les fleurs. Plus on s’enfonce dans la forêt, plus les bruits s’atténuent. Nous sommes dans le grand vert de l’Ardenne. Il enferme de superbes hêtres et tout près de notre route, les ruines du château des Fées. Plus loin, le sentier escarpé, devient aérien quand nous devons le gravir via des escaliers taillés dans la roche. A Cugnon, nous rejoignons les rives de la Semois. Il est l’un de ces villages qui vivent hors du temps. Posté à l’écart des grands axes de communication et baigné par la rivière, il y règne une douceur de vivre incomparable. Arrivés au pied de la Semois, nous sommes aux aguets et surprenons le vol des grands hérons blancs. Et plus on longe la rivière, plus on s’imprègne de ce calme. Il nous envoûte quand nous longeons le vieux cimetière de Mortehan et ses vieilles pierres tombales.

Cimetière de Mortehan - Pierre Pauquay

Une nouvelle traversée d’un pont et nous entrons, via l’ancienne ligne de chemin de fer, dans la grande forêt d’Herbeumont. Cette voie désaffectée Bertrix-Herbeumont-Muno fut construite de 1902 à 1914. Cette dernière ne comprend aucun passage à niveau mais uniquement des tunnels et des viaducs. Cette portion est devenue de nos jours une agréable balade, la « Voie des Pierres qui Parlent ». Le long du parcours, des panneaux didactiques, décrivent la richesse de la région de Bertrix, acquise par l'exploitation de l’ardoise.

Point de vue sur la vallée - forets - photo de Pierre Pauquay

En forêt, éperdument

La forêt est majestueuse, majoritairement encore constituée de feuillus. Les flancs relativement raides des collines ont empêché une sylviculture intensive. Nous traversons ainsi une forêt restée à l’état naturel, dotée d’arbres morts où s’est développée une multitude de lichens, de mousse et de champignons.

 

Au fil de nos pas et des vallons, nous voici à côté de l’Antrogne. Une longue descente nous mène sur les rives de la Semois. Les eaux limpides permettent d’observer les longs filaments d’algues vertes. Sous les rayons du soleil, les tonalités de la rivière varient du bleu au vert phosphorescent.

 

Alors que nous avons rejoint la Semois, à l’approche d’Herbeumont, dans la percée des feuillages, nous apercevons le prieuré de Conques qui se blottit le long d’un ancien bras de la rivière. Autour du prieuré, trois étangs abritent le grèbe castagneux et la bécassine des marais, une faune rare dans notre pays. A Herbeumont, la fin de cette première étape s’achève.

Le jour suivant, la randonnée rejoint les pieds du château fort avant d’atteindre à nouveau l’ancienne voie de chemin de fer : une ligne qui fut construite à l’époque où les difficultés du terrain n’effrayaient guère les ingénieurs. En témoigne le passage impressionnant sur le viaduc qui enjambe, de ses sept arches, le val de la Semois, 38 mètres en contrebas. Cet ouvrage d’art fait un peu figure de passage entre deux régions. Sur l’autre colline, nous quittons la ligne pour nous enfoncer dans la forêt de Sainte-Cécile : nous sommes ici à la limite de l’Ardenne. Le sud et la Gaume sont tout proches et nous le signalent par cette forêt dotée de frênes, une essence qui apprécie le climat plus doux, comparé à celui, plus rude des forêts du nord. Caracolant parmi les feuillus, l’itinéraire, soudain, dévoile l’un de ses plus beaux aspects quand se découvre le panorama du Libaipire. Ils portent vers le Tombeau du Chevalier, une avancée de terre ceinturée par le méandre serré de la Semois. Au loin, se détache la silhouette de la forteresse d’Herbeumont, se fondant dans le paysage.

En direction du Sud

Au-delà, la Semois quitte la forêt et entre dans un autre pays de lumière, la Gaume. Le sud du pays est tout proche et nous le signale par un sol de calcaire. Caracolant parmi les feuillus, l’itinéraire, soudain, dévoile le site de la Roche à l’Appel. Ces affleurements rocheux de « poudingue de Fépin » nous contemplent, vieux d’un demi-milliard d’année, de la période du Cambrien, à l’aube de l’histoire de la terre !

 

A la sortie du bois, le paysage s’adoucit en une succession de collines apaisantes, les cuestas. La suite de l’itinéraire permet d’apprécier cette région désenclavée. Depuis le village de Muno, le chemin grimpe franchement à travers les champs où nous accompagne le chant d’une multitude d’oiseaux. Les beaux villages de Watrinsart, de Fontenoille et de Chassepierre illuminent, avec les façades jaunes des maisons, un paysage champêtre. La belle campagne prend ici toute sa signification.

 

Longeant les rives de la Semois qui serpente dans la grande prairie, une dernière côte nous élève vers Florenville, située fièrement au sommet de sa cuesta. De là, vous découvrirez un magnifique point de vue sur la vallée.

Vallée de la Semois avec un village au loin - photo de Pierre Pauquay

Vivre cette expérience

 

Train et sac à dos
Balade n° 11 - 62 km à effectuer en deux jours.
Plus d'informations : trainetsacados.com

Localisation et offres de restauration/hébergement "marque Ardenne" à proximité