au musée de l’Ardenne - Marion Guiot - Chroniques d'une ardennaise

J’ai visité le musée de l’ardenne et la place ducale a charleville-mézières

Profile picture for user Marion Guiot

Marion - Chroniques d'une ardennaise

Ambassadeur depuis 3 mois 2 semaines

100% Ardennaise, entre la Belgique et la France

Vivre la naissance d’une ville

J'ai visité le musée de l'Ardenne et la Place ducale à Charleville-Mézières

1 journée dans la capitale de la marionnette

 

L’Ardenne regorge de trésors architecturaux, elle est le témoin des siècles passés et l’une de ses particularités est d’avoir conservé un peu partout des édifices de chaque grande période historique. Le musée de l’Ardenne, situé à Charleville-Mézières retrace cette histoire et les découvertes historiques et archéologiques qui ont marqué le territoire. Le musée offre également une fenêtre sur Charleville-Mézières, la capitale mondiale de la marionnette qu’il me tarde de découvrir.

Musée de l'Ardenne - Charleville-Mézières - Marion Guiot - Chroniques d'une ardennaise

Plongeons dans l’histoire de l’Ardenne

Pour se rendre au musée de l’Ardenne, il faut presque inévitablement traverser la mythique place Ducale pour se rendre sous ses arches et pénétrer dans la cour du musée. Le musée de l'Ardenne est un musée où l'on revit l'histoire du territoire à travers l'archéologie, l'art, les savoirs et savoir-faire ou encore à travers l'évolution des traditions populaires au fil des siècles. Le bâtiment en lui-même est un élément du musée puisqu'il nous fait traverser 4 siècles d'architecture allant du 17e siècle au 20e siècle.

Découvertes archéologiques au musée de l’Ardenne - Marion Guiot - Chroniques d'une ardennaise

La visite commence par un plongeon inévitable dans le temps. Tel un archéologue, il nous faut descendre au sous sol pour admirer les trésors retrouvés lors de fouilles archéologiques. On y voit notamment des rudiments d’art primitif, des gravures datant de plus de 12 000 ans, soit la même période que les fresques des grottes de Lascaux. Un peu plus loin, c’est un imposant os de mammouth qui trône fièrement en vitrine. Cet animal éveille en nous tout un imaginaire, nous voilà au cœur de l’Ardenne, des milliers d’années en arrière. Plus l’on arpente le musée, plus l’on avance dans le temps, traversant les époques, découvrant les objets du quotidien et au passage les coutumes de nos aïeux.

Après avoir gravi les marches qui nous ramènent au rez-de-chaussée, nous tombons en arrêt devant un immense mur peint présenté dans l'auditorium du musée. Il s'agit d'une fresque gallo-romaine, qui remonte au IIe siècle après Jésus-Christ  et qui occupe une surface de plus de 7 mètres par 4 mètres ! En fait, elle est très fragmentaire : nous apprenons que les archéologues ont exhumé ces vestiges en 1999 à Montcy-Saint-Pierre et se sont livrés à un gigantesque puzzle pour reconstituer l'ensemble. Le temps de s'asseoir confortablement dans l'auditorium, et une projection démarre, se superposant à la surface même des vestiges : un videomapping sur mesure permet de mieux se rendre compte de ce qu'était la fresque à l'époque où elle resplendissait dans des thermes gallo-romains, et d'explorer la technique de réalisation "a fresco".

La prochaine salle est dédiée à l’époque mérovingienne, avec ses nombreuses verreries, bijoux en verres, contenants, vaisselle, l’évolution des modes de vie est marquante.

Petit à petit au détour des salles, on glisse vers l’histoire de la ville de Charleville depuis sa création par Charles de Gonzague, Duc de Nevers et petit-cousin d’Henri IV. J’en apprends plus sur la construction de la Place Ducale par Clément Métezeau et de son Palais Ducal qui ne verra jamais le jour. Cette place, construite entre 1606 et 1624, a beaucoup de similitudes avec sa sœur aînée, la Place des Vosges à Paris, édifiée quasiment en même temps. Les deux architectes étaient frères, ce qui explique leur ressemblance frappante.

La construction de la place Ducale - maquettes de charleville - musée de l'Ardenne - Marion Guiot - Chroniques d'une ardennaise

On peut aussi y admirer une impressionnante collection d’armes puisqu’il y avait une manufacture d’armes, créée en 1675 à Charleville ou encore la reconstitution de la pharmacie de l’hôpital de 1756. Direction les temps modernes puis la période actuelle. Au dernier étage, plusieurs salles sont consacrées aux marionnettes puisque Charleville-Mézières en est la capitale mondiale, on y découvre une collection de plus de 500 marionnettes dont la Blanche Neige de Géo Condé, le maître de Jacques Félix, fondateur du Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes. C’est un espace très ludique où les enfants peuvent faire des dessins et deviennent marionnettistes le temps de quelques minutes derrière un théâtre d’ombre chinoises. A cet étage, nous avons vue sur un marionnettiste géant, haut de plusieurs mètres dont on peut observer tout le mécanisme depuis le musée.

Tu as vu cette marionnette géante, elle a bougé !

Le Grand Marionnettiste

Ce marionnettiste, haut de presque dix mètres est en fait une horloge à automate, de dix heures à vingt-et-une heure, le Grand Marionnettiste raconte en douze tableaux la légende ardennaise des Quatre Fils Aymon. Il est presque 15 heures, nous nous installons aux pieds de l’immense statue et attendons le levé de rideaux ! Trois coups retentissent, ça y est la pièce commence, une petite musique retentit et le marionnettiste de sa voix grave nous annonce « Nobles dames, messeigneurs, gentils damoiseaux, il est trois heures ». Puis l’automate agite ses mains au bout desquelles on peut apercevoir les marionnettes représentant les quatre fils Aymon. Pendant quelques minutes nous sommes hypnotisés par la narration de ce géant, puis une nouvelle musique retentit, le rideau se referme, l’histoire est terminée, il faudra revenir dans une heure pour de nouveau profiter de ce spectacle magique.

Musée de l'Ardenne et horloge du Grand marionnettiste - Charleville-Mézières - David Truillard www.images-en-plus.fr

A Charleville, quatre est le chiffre d’or !

Place Ducale - Charleville - Marion Guiot - Chroniques d'une ardennaise

Les secrets de la Place Ducale

Nous traversons une nouvelle fois la cour du musée de l’Ardenne pour nous rendre sur la place Ducale et découvrir quels secrets le cœur de la ville peut bien nous réserver. Charleville est une ville "neuve" qui n'a que 400 ans comparée à Mézières qui elle existe depuis plus de 1000 ans. Nous observons les quatre coins de cette Place aux couleurs d’or, le soleil qui reflète sur sa pierre jaune la fait scintiller, et nous remarquons sa parfaite symétrie. Le chiffre quatre est présent partout, c’est le nombre de pavillons par côté, mais aussi le nombre de rues, d’arcades ou même de fenêtres par pavillon.

Aucun détail ne semble avoir été mis au hasard. En nous approchant de certains pavillons nous distinguons de petites statuettes dissimulées dans les murs, celles-ci à la figure de saints, avaient autrefois pour vocation d’annoncer ou d’identifier les quartiers qui se trouvaient derrière les quatre coins de la place. Ici il faut prendre le temps de lever les yeux et de chercher tous les petits détails, d’ailleurs en levant un peu les yeux, nous apercevons le beffroi qui domine la place et décidons de nous y rendre. Quelques dizaines ou centaines de marches plus tard nous arrivons au sommet de l’édifice, ouvrons la porte fenêtre et découvrons cette vue imprenable sur la ville découverte un peu plus tôt sous un tout autre angle.

Vivre cette expérience 

Musée de l’Ardenne
31, place Ducale
8000 CHARLEVILLE-MEZIERES
Tél : +33(0)324 32 44 60
Plus d'informations
reservations.musees@mairie-charlevillemezieres.fr