Parc de Furfooz (c) Julia Laffaille

Parc de Furfooz,
Sous le charme d'une nature ensorceleuse

Parc de Furfooz
Sous le charme d'une nature ensorceleuse

Sous le charme d'une nature ensorceleuse

La flore généreuse et les curiosités du Parc de Furfooz invitent le marcheur à la contemplation.

5 mins d’évasion

Canada ? Provence ? Non, l’Ardenne !

 

C’est avec enthousiasme que je rentre pour la première fois dans le Parc de Furfooz, au Sud Est de Dinant, en pleine région wallonne, véritable petite bulle fabuleuse, loin de tout et hors du temps. Classé zone Natura 2000 et réserve naturelle, j’y rentre alors et je regarde tout autour de moi, impatiente de découvrir ce lieu à l’atmosphère mystique. Dès l’entrée, nous sommes transportés et dépaysés notamment par cette petite cabane en bois qui sert d’accueil et à l'intérieur de laquelle nous attend le gardien du parc. On se croirait dans un parc canadien. Carte du sentier dans les mains, on s’enfonce doucement sous les arbres, doyens des lieux et, en cette journée d’octobre, leurs feuilles craquent sous les pieds. Les premiers pas, au dessus de l’accueil, nous mènent à un premier "wahou !" : un point de vue vertigineux sur toute une petite vallée. En bas, la Lesse coule sereinement, transportant quelques kayakistes courageux. A nos pieds, la paroi rocheuse tombe à pic et abrite une faune et une flore particulières, propres aux pelouses calcaires. Étonnant dans cette zone d’Ardenne ! Puis le sentier va de merveilles en merveilles : quinze éléments remarquables, comme autant d’attractions que je découvre pleine d'étonnement, d’étapes en étapes sur cette balade familiale de 4 kilomètres. Tous les éléments remarquables sont clairement expliqués sur les livrets donnés à l’accueil et cela me permet d'associer nature et apprentissage. D’abord, à quelques mètres de l'entrée, une reconstitution passionnante d'anciens thermes ainsi que les restes d'une forteresse romaine, patrimoine archéologique important de la région.

 Les curiosités géologiques se mêlent aux légendes folkloriques

Puis, d’immenses trous et cavités creusés dans cette étonnante roche calcaire, digne d'un paysage provençal. Ayant jadis servis d'habitats à la préhistoire, ces grottes sont aujourd'hui propices à l'imagination et aux légendes dûs à leur forme, leur formation et les trouvailles qu’on y a fait.

Parc de Furfooz

Les grottes nous racontent leur histoire

 

Le premier, le Trou du Grand Duc, que l'on rejoint par des escaliers taillés dans la pierre semblant s’enfoncer dans les entrailles de la terre, offre une vue splendide sur la Lesse. Le paysage est comme encadré naturellement par la pierre arrondie, offrant un cadre parfait. Nous remontons les quelques marches, revenons à la végétation sèche du plateau pour mieux la quitter ensuite. La suite du sentier s'engouffre dans un milieu plus forestier, plus humide, qui offre un abri parfait aux plantes vertes et généreuses. On se croirait presque dans une jungle amazonienne et lorsque l’on regarde sol et feuilles, tout semble constamment légèrement mouillé. Un minuscule aller-retour monte sur un piton rocheux pour profiter une fois de plus d’une vue épique sur la vallée de la Lesse. Puis une ambiance enchanteresse opère à son tour à proximité de la grotte des Nutons, ou “Trou des Nutons”, immense cavité triangulaire au bord du sentier. La légende raconte qu’il s’agit là de l’habitat de ces fameux lutins issus du folklore ardennais, souvent malveillants. Le mot “nuton” est d’ailleurs devenu synonyme de “taciturne” ou “misanthrope”, c’est pour dire ! Quoiqu’il en soit, c’est en tout cas le lieu d'habitation de quelques chauves souris qui viennent s'agripper aux parois dès l’arrivée de l’hiver. En pleine journée, malheureusement, je n'ai vu ni les Nutons ni les chauves souris. Autour, des milliers de fougères se disputent les abords de la grotte et on se met à imaginer la vie de ces petites créatures de caverne dans ce lieu si féérique. Un peu plus loin, le Trou du Frontal a été au coeur de belles découvertes comme celle d’une sépulture datée de la fin du Néolithique. En contrebas, on commence à apercevoir le doux mouvement de la Lesse qui nous envoûte et nous appelle.

 Prendre le temps, en bordure de Lesse, la regarder couler et oublier toute notion de temps

Une des nombreuses cavités du Parc de Furfooz

Une pause bien méritée

Tant mieux, c'est l'heure du pique nique et le Parc de Furfooz a tout fait pour que l'on se sente parfaitement bien en ces lieux. C'est donc tout naturellement sur les bancs de la buvette du parc, “La Flobette”, joliment installée en bordure de rivière, décorée avec simplicité et créativité, que nous nous asseyons autour de quelques bières artisanales.

Et nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette brillante idée. D’autres groupes sont également installés ici, des familles, des amis, et nous profitons tous, chacun de notre côté mais pourtant ensemble, de l'agréable brouhaha de l’eau et de l'apaisant décor que nous offre cette guinguette. Que ce soit pour une bière ou pour un repas complet, la buvette est un arrêt obligatoire pour vivre l'expérience du parc de Furfooz entièrement. Même les kayakistes peuvent s'arrêter et amarrer leur navire sur une plateforme prévue à cet effet.

Pique-nique au Parc de Furfooz
Parc de Furfooz

Après avoir correctement repris nos forces, avalé nos sandwichs et fini nos excellentes bières, la flemme nous guette et l'envie de rester au soleil sur les bords de rivière est forte. Mais la suite de la randonnée nous attend et je suis impatiente de découvrir les prochaines curiosités. C’est quelques mètres plus loin seulement que se trouve la Grotte de la Gatte d'Or, dont la légende raconte que des habitants avaient caché un trésor dans une peau de chèvre. On peut aujourd’hui la visiter avec une lampe torche et, pourquoi pas, chercher ce fameux trésor. Puis c’est au tour de l'époustouflant Puits des Vaux, énorme trou au milieu de la forêt sous lequel se trouve la partie souterraine de la Lesse et un petit lac souterrain. Les 30 mètres de dénivelés qui séparent le sentier du bas de la grotte sont impressionnants !  Et, enfin, nous avançons vers le Trou Reuviaux, dernière cavité de la balade mais pas des moindres, puisqu’on y découvrit plusieurs ossements humains de nombreux silex, traces de l’époque du Bas-Empire Romain. Quelques mètres encore avant de rejoindre l’entrée et le parking.

Je ressors du Parc de Furfooz l'imagination débordante, largement inspirée par les décors fantastiques de ce lieu habité, j'en suis certaine, par quelques créatures bien cachées.

Vivre cette expérience 

Parc de Furfooz
Rue du Camp Romain, B-5500 Dinant, Belgique
Tél: +32 (0)82 22 34 77
www.paysdesvallees.be