Préhistomuseum

J'ai changé ma famille
en tribu Au préhistomuseum

Enchantés, nous rêvons d’y retourner pour tester tout ce que nous n’avons pas pu faire (...). Un nouveau rêve à réaliser.

Le plaisir d'apprendre par le geste

Découvrez les pratiques d'antan au Préhistomuseum

5 mins d’évasion

« Le temps d’une journée transformez votre famille en tribu préhistorique » si cette promesse du Préhistomuseum de Flémalle motivait particulièrement les enfants, j’étais plutôt inquiète. Je les imaginais pieds nus, couverts de boue, hurlant dans une grotte lugubre en rongeant des os et tirant des flèches sur le premier renard qui passe, et ressortant finalement de leur journée plus sauvages que jamais... J’ai finalement été bluffée par leur saine curiosité et leur capacité de concentration. Et la machine à laver n’a pas tant souffert.

 les supports de médiation sont fabuleux

Des archéo-animateurs pour stimuler l’imagination

 

Accueil, disponibilité, écoute, échange, générosité, gentillesse...  Le Préhistomuseum a tout compris aux recettes nécessaires pour éveiller l’intérêt des plus jeunes à des thématiques qui au premier abord ne font pas franchement rêver. Imaginez plutôt trois bambins de 4, 6 et 8 ans, inscrits à l’atelier « construire une maison néolithique ». A moins d’avoir mis au monde de futurs architectes, on peut légitimement douter de sa réussite. C’était sans compter sur Céline, médiatrice hors pair et archéologue ! Voilà tout le talent de ce Préhistomuseum. Non seulement, les supports de médiation sont fabuleux (vous entrez dans une maison préhistorique reconstituée de 16 m sur 5,80 m) mais les animateurs savent transporter leur auditoire. A l’accueil, Marie, chargée d’aider les visiteurs à concocter leur programme, nous avait proposé sans ciller cet atelier au même titre que la chasse au mammouth qui emportait pourtant de bien plus larges suffrages chez les moins de 1,35 mètre.

Préhistomuseum

Un bon surfeur peut chasser dans les steppes glaciaires

 

C’est d’ailleurs par là que nous avons commencé notre première expérience en tribu : la chasse au propulseur. Cet outil sert à projeter sa sagaie beaucoup plus vite et beaucoup plus loin que la simple lance et évite au chasseur des corps à corps dangereux. Avant de nous laisser partir à la chasse, Marie nous donne quelques explications ethnographiques et quelques conseils : « pieds écartés, jambes souples, un bon smacheur ou un bon surfeur feront un bon lanceur ». Enfin nous partons pour la steppe glaciaire. Nous croisons des habitats typiques, des chèvres avant d’entrer sur le domaine de chasse. L’engouement est total. Les enfants ont l’embarras du choix pour se faire la main : un rhinocéros préhistorique, un renard polaire, un cheval... ou le fameux mammouth ! Devinez lequel ils ont choisi ? Un grand moment de bonheur et de défoulement durant lequel la mamie de Louis (qui nous accompagnait et dont vous vous rappellerez sans doute les aventures au Golf champêtre de Stoumont) nous a montré que la chasse n’est pas une affaire d’hommes !

 C'était mamie la meilleure chasseuse 

Préhistomuseum

Projetés au Paléolithique

 

Avant notre prochain rendez-vous, nous prenons le temps de flâner. 30 ha en zone Natura 2000 : un véritable havre de paix, propice au voyage dans le temps. Un plan en main (également présenté à l’entrée à hauteur d’enfant), nous nous repérons facilement grâce aux gigantesques lettres rouges qui jalonnent le parcours. Nous découvrons la ferme préhistorique et ses races rustiques : auroch, moutons, chèvres et un fameux cochon, Carlos, dont l’odeur vient elle aussi tout droit de la Préhistoire. Annie s’émerveille dans le jardin : « Des bottes de paille comme quand j’étais petite ! ». 

Sur une vingtaine de mètres, sont présentées des cultures paléolithiques pourtant toujours d’actualité. « Eh oui, ce n’est pas que dans les boites, les petits pois ! »

Au commencement était la grotte

 

Midi, Samuel, 4 ans vit un rêve éveillé ! Nous avons rendez-vous à la grotte, lieu emblématique du musée. C’est là qu’en 1917, des enfants découvraient des objets préhistoriques, une petite tombe et des squelettes d’animaux. De cet épicentre, est né ce fascinant musée à ciel ouvert qui mêle à merveille savoir, savoir-faire et faire connaître. Alice nous accueille et rend immédiatement l’aventure amusante : tout le monde part un casque avec lampe intégrée sur la tête. Si la grotte a été la première électrifiée dans les années 20, elle a aussi été la première à retrouver son obscurité à la fois par souci de conservation mais aussi pour mieux vivre l’expérience. C’est parti pour 100 mètres de balade souterraine entre roches et cristallisations magnifiques. Samuel qui a habituellement peur du noir, en profite mais préfère ne pas s’arrêter sur des détails trop évocateurs. Une fois ressorti, il ne souhaite qu’une chose y retourner ! Mais c’est l’heure de la pause déjeuner.  

Ensorcelante magie du feu

 

N‘ayant pas prévu de pique-nique, nous prenons notre repas au restaurant du Préhistomuseum. Avant de poursuivre l’aventure, les enfants profitent d’une belle aire de jeu. Enfin direction le fameux atelier de construction néolithique. Pourvu que nos trois sauvages soient calmes... Quelques minutes à peine, ils sont apprivoisés. Ils boivent les paroles de Céline, creusent un trou avec une pelle préhistorique, tentent de soulever un poteau de 3 mètres de haut, oh hisse ! « ne vous fatiguez pas, vous êtes quatre enfants, il faut trente adultes pour y parvenir », et construisent un mur en branchages tressés, mais sans la boue pour faire le torchis... Ouf ! Tout va crescendo jusqu’à l’envoutante cérémonie du feu ! Captivés, c’est l’explosion de joie à  la vue des flammes. Bravo Céline !

Des explications pour faire le feu
La chasse au Préhistomuseum
Les enfants sont fascinés

Le réveil de la créativité

 

Déjà le dernier atelier. Nous retrouvons Alice. Une fois encore, la famille met la main à la pâte. Découvrir le travail de la terre, c’est connaître les outils, moudre du blé entre deux pierres et fabriquer de la vaisselle préhistorique ! Après le noir de fumée sur le nez, les mains verdissent sous l’argile. A disposition, tout un petit matériel pour décorer nos œuvres. Une fois terminées, nous les signons, « ce n’est pas préhistorique du tout », réagit Alice. La journée se termine. Quelle exaltante expérience en famille ! Mes enfants m’ont étonnée par leur grande capacité de concentration malgré la complexité apparente des thèmes et nous nous sommes tous beaucoup amusés. Enchantés, nous rêvons d’y retourner pour tester tout ce que nous n’avons pas pu faire (sentier pieds nus, labyrinthe de l’évolution, expositions...). Un nouveau rêve à réaliser.

Vivre cette expérience 

Préhistomuseum
Rue de la Grotte 128, B-4400 Flémalle, Belgique
Tél: +32 (0)4 275 49 75
www.liegetourisme.be