En forêt d'Ardenne pour écouter le brame du cerf

NOTRE VIRÉE NOCTURNE POUR ÉCOUTER LE BRAME DU CERF

Un cri rauque retentissant des entrailles verdoyantes de l'Ardenne !

NOTRE VIRÉE NOCTURNE POUR ÉCOUTER LE BRAME DU CERF

Insolite

De mi-septembre à mi-octobre, c’est la saison des amours pour le cerf. À cette période de l’année, les jeunes et les vieux mâles se mesurent avec pour seule fin : conquérir les femelles. La saison du brame attire aujourd’hui de plus en plus de curieux venus écouter ce cri rauque retentissant dans la forêt. Au chalet du ski à Samrée en Belgique, les agents du Département de la Nature et des Forêts encadrent les soirées d’écoute. Nous avons rejoint l’une de ces sorties.

Lorsque nous arrivons au chalet du ski, la petite salle est bondée. Une cinquantaine de personnes sont prêtes à partir. Nous nous trouvons une place sur l’un des bancs, serrés comme des sardines. Les agents de la DNF entament alors une explication du comportement du cerf lors de la saison du brame et une petite vidéo est visionnée.

Durant cette courte période, les jeunes cerfs sans harde n’ont qu’une idée en tête : conquérir des femelles. Les vieux mâles possédant une harde veillent donc à ne pas se faire piquer la place, voire par la même occasion à attirer d’autres femelles des hardes voisines.

Explications du comportement du cerf pendant le brame

Leurs journées sont bien remplies entre surveiller leurs femelles dont le nombre atteint parfois trente têtes, s’accoupler avec celles qui sont fécondes et éloigner les jeunes qui tentent leur chance. C’est à celui qui aura donc le cri rauque le plus impressionnant. Dans certains cas, les cerfs en viennent à combattre en s’entrechoquant les bois. Il arrive même qu’ils restent coincés, leurs “couronnes” majestueuses emmêlées. 

Faire le moins de bruit possible

Après cette session explicative, le moment le plus attendu arrive. Pour maximiser nos chances d’entendre l’animal, les gardes forestiers nous enjoignent de faire le moins de bruit possible. Car l’animal fuit la présence de l’homme comme la peste. La salle se scinde alors en plusieurs groupes pour éviter de tous prendre nos voitures personnelles. Nous faisons donc le trajet avec l’un des participants. L’endroit où nous emmènent les gardes forestiers est interdit au public d’ordinaire surtout pendant la saison du brame. S’y faire prendre en pleine journée pour réitérer l’expérience est passible d’amende.

Forêt d'Ardenne

Une fois tous regroupés à l’orée de la forêt, nous formons deux groupes et partons dans des directions différentes pour multiplier les chances d’entendre l’animal. Nous marchons en rangs serrés pendant au moins une demi-heure avant de s’arrêter dans une clairière. La nuit est d’un noir d’encre. Nous voyons à peine le bout de nos chaussures. Nous sommes tellement nombreux que nous ne sommes pas vraiment discrets.

Un mâle se fait entendre au loin...puis plus rien

La forêt est si silencieuse durant la nuit que nous n’entendons que nous et le frottement de nos manteaux, le martèlement de nos pas, nos chuchotements...Dans la clairière, nous nous concentrons à l’écoute du moindre bruit et nous entendons par chance mais de très loin le brame d’un mâle. Ce son dure à peine cinq secondes et ne se fera plus entendre pendant les 20 minutes suivantes! Nous repartons contents de l’expérience mais avec le sentiment d’être restés un peu sur notre faim.

L’autre groupe a encore moins de chances que nous car il n’entend absolument rien durant l’écoute. Nous rentrons au chalet pour partager une boisson chaude avant de rentrer.  

Le succès de notre expérience reste mitigé même si nous avons adoré y participer. Il n’y a aucune certitude de pouvoir entendre le brame d’un cerf tant l’animal est imprévisible et sent notre présence à des kilomètres à la ronde. C’est l’une des raisons évoquées par les gardes forestiers. Lorsque nous entendons le brame lointain, le vent vient de tourner et souffle notre odeur en direction de l’animal. En sentant notre présence, le cerf se serait donc enfui. 

 

Néanmoins malgré cette petite déception, nous ne regrettons pas cette soirée. L’expérience est à faire si vous êtes un curieux de la nature. 

 

Ne manquez pas les précautions d’usage à savoir prendre de bonnes chaussures de marche, éviter de porter du parfum, laisser vos animaux à la maison, faire le moins de bruit possible donc porter un manteau qui fait le moins de frottement. Ce détail a son importance lorsque vous êtes cinquante à marcher en rang d’oignons dans la forêt silencieuse. Et peut-être vous entendrez le maître de la forêt séduire ses belles!   

Séjourner dans un logis et rester dans l’ambiance “chasse”

Pour profiter de cette soirée à Samrée, nous séjournons non loin de là à La Roche-en-Ardenne, dans un hôtel classé Logis de Belgique. Michel Son, le gérant de l’Hostellerie La Claire Fontaine nous accueille à bras ouverts et nous explique la particularité de séjourner dans un Logis, ces hôtels au logo sur fond vert que l’on voit aussi parfois dans la campagne française.

Hostellerie la Claire Fontaine
Canard Colvert - Gastronomie de Chasse au Logis

Tradition, gastronomie locale, accueil familial...Le gérant d’un Logis connaît sa région par coeur et Michel Son ne déroge pas à la règle. Sa famille tient la place depuis 1947, la charte étant en place depuis une dizaine d’années. La gastronomie de chasse est donc un bonne partie du menu au mois de septembre lorsque nous y séjournons. Dans nos assiettes, soupe de légumes du potager et canard colvert!

Pour conclure, nous avons adoré cette expérience même si nous n’avons pas entendu le cerf dans toute sa splendeur. Néanmoins, nous avons pu être au contact de la nature et découvrir l’ambiance qui règne dans un village où la tradition de chasse reste encore très présente.

Vivre l’expérience

 

Chalet du ski à Samrée
6 euros/adulte
+320499355115
Toussaint_francis@yahoo.fr

 

L’Hostellerie La Claire Fontaine
Rue Vecpré, 64 (Route de Hotton - N833)
6980 La Roche en Ardenne - Belgique
Tél +32 (0)84/41.24.70
Fax +32(0)84/41.21.11
info@clairefontaine.be